Aux côtés du Cheikh ’Abd es-Salâm (B.C.A.H.C)

.

Cet article est issu de notre traduction de Durrat el-asrâr wa tuhfat el-Abrâr (Imâm Ibn çabbâgh) publiée en PDF sous le titre «Biographie du Cheikh Abû-l-Hassan Châdhilî (B.C.A.H.C)» .

.

Le Cheikh Abû-l-Hassan raconta :

.

« J’étais stupéfait (dahch : extrêmement étonné). Je restais avec lui quelques jours jusqu’à ce qu’Allah éveille ma conscience 1 , et je vis qu’il possédait des pouvoirs surnaturels 2 . Un jour par exemple, alors que j’étais assis devant lui et qu’un de ses petits-fils jouait avec lui sur ses genoux, il me vint à l’esprit de le questionner à propos du Nom Suprême d’Allah (el-Ismu-Llâh el-A’dham). L’enfant vint à moi, jeta ses bras à mon cou et me secoua, en disant :

–     Ô Abû-l-Hassan ! Toi qui voulais questionner le Maître à propos du Nom Suprême d’Allah ! Il ne s’agit pas de poser des questions à propos du Nom Suprême d’Allah. Ce dont il s’agit est que tu sois toi-même le Nom Suprême d’Allah, c’est-à-dire que le secret d’Allah (sirru-Llah) réside dans ton cœur.

Quand il eût fini de parler, le Cheikh sourit et me dit :

–     Untel t’a répondu de ma part (jâwabaka fulân ‘annâ, à ma place).

 Il était alors le Qutb du temps 3 »

Puis il me dit :

–     Ô ‘Alî , pars pour l’Ifrîqiyâh 4 et demeure dans un endroit nommé Châdhilah car Allah -qu’Il soit élevé et magnifié- t’a nommé el-Châdhilî. Après cela, tu partiras pour la ville de Tunis, où des accusations seront portées contre toi devant les autorités. Puis tu partiras vers l’Est où tu hériteras de la fonction polaire (el-qutâbah). »

Je lui dis :

–     Ô mon Maître, conseille-moi.

–     Ô ‘Alî   ! Allah, Allah et les gens, les gens, me répondit-il. Empêche ta langue de faire mention d’eux, et ton cœur de t’incliner devant eux, et fais attention à surveiller tes membres et à accomplir les pratiques obligatoires, ainsi la sainteté d’Allah sera parfaite en toi. Ne te souviens pas d’eux excepté si un devoir envers Allah te l’impose, ainsi ton esprit scrupuleux sera parfait (accompli). Puis dis :

« Allahumma, fais-moi miséricorde de leurs souvenirs et des troubles venant d’eux. Protège-moi de leur mal, permets-moi de me passer de leurs biens à travers Ton bien et, par une faveur particulière, accepte de me protéger parmi eux. En vérité, tu es Puissant sur toutes choses ».

*

épisode précédent                                                                   épisode suivant

*

.

  1. Littéralement : « ouvre ma capacité introspective » (baçîra). []
  2. Littéralement : « rupture d’habitudes, d’ordre naturel » (kharaqa ‘âdât). []
  3. Une version moins détaillée de cet événement est relatée dans les Latâ’if el-minan de Ibn ‘Ata Allah ; cf. La sagesse des Maîtres soufis, traduction de Eric Geoffroy. []
  4. A cette époque, l’Ifrîqiyâh s’étendait sur la quasi-totalité du territoire actuel de la Tunisie (hors des parties désertiques), sur une partie du nord-est de l’Algérie et sur une partie de la Libye (Tripolitaine). []

par le 7 avril 2012, mis à jour le 28 mars 2015