L'INITIATION EN ELLE-MÊME (GENERAL)

L'INITIATION EN ELLE-MÊME (GENERAL)

Messagepar Mohammed Abdessalam » Sam Sep 25, 2010 6:26 pm

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam
es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah


Ce fil est destiné à recevoir vos questions sur tout ce qui concerne le début de la Voie ... et à essayer d'y répondre, in châ Allah.

Il s'agit, dans ce fil, d'aborder ce qui concerne les rites de rattachement, ainsi que les intentions qui y président
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 2

Messagepar Adam » Sam Oct 16, 2010 10:13 am

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah
Je vous remercie de votre accueil sur le forum et vous transmets tous mes vœux de réussite pour ce projet dont les objectifs me semblent méritoires et auquel je me sens le devoir de participer, dans la limite de mes compétences qui sont hélas assez sommaires, tant en ce qui concerne la connaissance de la tradition que celle de la langue arabe.

En revanche, au sujet des étapes de l’initiation, mon parcours m’amène à me poser quelques questions que peuvent partager des prétendants et que j’espère, vous voudrez bien éclairer de votre point de vue.
Libre à vous de modifier la forme du message si vous jugez certaines réflexions trop personnelles ou inappropriées pour être publiées sur le forum.

L’initiation comme processus de renaissance me semble être le parcours d’une vie et je ne parviens pas à établir une limite entre un avant et un après -initiation. Plusieurs rencontres, sous diverses formes ont peu à peu élargi mon horizon spirituel sans que je puisse attribuer exclusivement à aucune d’entre elles un caractère fondamentale. La présentation de l’initiation sur le forum sous la forme « avant, pendant, après » ne doit pas laisser sous entendre qu’il s’agisse d’un événement ponctuel duquel le postulant sortirait définitivement transformé ou achevé dans les faits. Car si la graine de la connaissance est déposé virtuellement au sein du récipiendaire lors du rite de rattachement, charge à lui de cultiver le terrain qui la verra éclore.
Mais si l’initiation est effectivement un passage, qu’est ce qui sépare l’avant de l’après ? Quel acte symbolique permet de se qualifier d’initié ?

S’il s’agit de la transmission de l’influence spirituelle d’un représentant d’une chaine initiatique régulière, doit elle nécessairement revêtir la forme d’un pacte ?
Engage t il alors à d’autres devoirs que ceux prescrits à tout musulman sincère ?

En concevant l’initiation comme une ouverture à un état de connaissance supérieur, l’initié peut il de nos jours recevoir une instruction ou une guidance personnelle qu’il ne trouverait dans les livres?

En tant que réactualisation de la Présence Seigneuriale, l’initiation peut-elle être effective sans une pratique régulière des rituels collectifs propres aux turuq qui me paraissent bien rares en France?

Je vous serais reconnaissant de répondre à ces questions qui n’ont d’autres buts que de mesurer les degrés d’avancement sur la voie initiatique et de savoir ce que l’on peut concrètement envisager au sein des organisations initiatiques actuelles, dans le but de satisfaire Allah.

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah
Adam
 
Messages: 26
Inscrit le: Lun Sep 27, 2010 8:11 pm

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 3

Messagepar Mohammed Abdessalam » Dim Oct 17, 2010 9:54 am

bismillah wa-s-salât wa-s-salâm alâ Seyydinâ Rasûli-Llah
Wa alaykum as-Salâm wa rahmatu-Llah wa barakâtu-H, sidi Adam


Soyez le bienvenu sur ce Forum du Porteur de Savoir.
J’espère que nous pourrons vous être utiles dans votre recherche et ne doute pas, à vous lire, que vous le serez pour nous, in châ Allah. Votre message entre, en effet, de plein pied au cœur du sujet. Il est riche de plusieurs notions et je propose donc, comme vous m’y enjoigniez, de lister celles-ci afin de prendre les différents aspects en considération.

Avant de les considérer une par une, il m’apparaît nécessaire de prendre la mesure la plus efficace dans ce genre de discussion, pour gagner du temps et surtout éviter d’en perdre beaucoup : définir de quoi l’on parle et savoir si c’est bien de la même chose !

Il est vrai que l’on peut parler de l’initiation de quelqu’un comme de son islam et de son mariage, en désignant par un terme unique à la fois l’évènement qui a fait qu’il y a eu un avant et un après, puis toute la période qui s’en est suivie ; et la comparaison vaut aussi pour ce qui les précède, puisque l’on n’est pas plus initié avant l’initiation que l’on est musulman avant son témoignage-shahâdah, ni que l’on est marié avant ... le mariage. Enfin, même s’il existe pour tous ces exemples des phases en quelque sorte préparatoires ou préliminaires, il est acquis que celles-ci ne peuvent en aucun cas être assimilées, ni comparées sous aucun rapport, à leur aboutissement.

C’est donc bien le rite de passage, comme vous le dites avec justesse, constitué essentiellement, ainsi que le définit René Guénon, par la transmission d’une influence spirituelle d’origine divine, que je désigne dans chacun des sujets qui figurent sur ce forum ; et cette distinction d’un avant et d’un après n’a été établie ainsi que pour permettre aux éventuels intervenants de mettre un peu d’ordre dans des notions dont je me suis aperçu qu’elles étaient parfois un peu mélangées.

Il ne vous aura certainement pas échappé, sidi Adam, que j’utilise ici principalement comme référence les œuvres de René Guénon ; il s’agit surtout de ses Aperçus sur l’Initiation, dont je ne peux que recommander chaudement la lecture à tous ceux qui sont intéressés par ce sujet. Ce choix est justifié par la constatation que même s’il est évidemment possible de trouver dans la littérature arabo-islamique des notions qui pourraient servir à définir et présenter ce qu’est l’initiation aux occidentaux, la manière qu’a utilisée Cheikh Abd el-Wahid pour le faire est un modèle inégalé d’adaptation et d’efficacité.

La méthode qu’il emploie a pour caractéristique principale de ramener à l’essentiel ce qu’il y a à savoir. En l’occurrence elle a aussi pour effet de rendre impossible le mélange de notions que l’on voit parfois apposées entre elles de manière inopportune et injustifiée.
A proprement parler il devient alors, par exemple, impossible de considérer (l’initiation ayant été définie comme précédemment) l’ensemble de tout ce qui précède la transmission de la barakah comme autant d’étapes de quelque chose qui n’a pas encore eu lieu, cette considération terminologique des étapes ne pouvant s’appliquer qu’aux différents stades de progression effective éventuellement développés dans le sulûk , c'est-à-dire une fois la transmission de la barakah effectuée; et le terme même de « renaissance » que vous utilisez, sidi Adam, ou plutôt de « seconde naissance » est d’ailleurs bien, selon Guénon, celui qui désigne et qualifie habituellement l’initiation dans plusieurs traditions ; mais non pas ce qui la précède.

Cette manière de définir étymologiquement l’initiation comme le « début du chemin » montre aussi qu’il est question de l’accès à un domaine spécifique, différent du précédent, même s’il n’est encore que virtuel pour celui qui reçoit la barakah en mode germinatif, a également pour effet de rendre impossible son assimilation à tout un ensemble d’autres notions (qui font l’objet d’un chapitre entier dans les Aperçus) : l’ampleur et l’ouverture de l’horizon intellectuel, si elles sont bien des critères exposés par Guénon de la qualification à l'initiation, ne suffisent pas à définir ou à déterminer l’initiation en tant que telle, pas plus que des rencontres ou des évènements qui, pour autant qu’ils puissent pourtant revêtir effectivement une importance déterminante dans un certain processus de maturation, ne peuvent être assimilés à l’initiation elle-même, à cette unique réserve, évidemment, qu’il s’agisse de la rencontre … d’un transmetteur et de l’évènement que constitue … la transmission effective de la barakah.

Sous ce dernier rapport, on pourrait également remarquer que les rencontres et évènements que vous évoquez n’ont peut être pas exactement la même « nature », ni les mêmes conséquences éventuelles, selon qu’ils surviennent avant ou après le rattachement ; je fais ici évidemment allusion à la question du guru et des upagurus, qui ne peut être davantage développée pour l’instant dans le cadre du présent sujet.
(à suivre, in châ Allah …)


et Allah est plus Savant.
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 4

Messagepar Mohammed Abdessalam » Dim Oct 17, 2010 2:27 pm

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam


es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah, sidi Adam


Pour reprendre maintenant un de vos propos, j’espère qu’il est maintenant plus clair pour vous que je ne considère nullement que l’initiation définie comme elle l’a été puisse être considérée comme « un événement ponctuel duquel le postulant sortirait définitivement transformé ou achevé dans les faits. » Ce n’est, en effet, que la transmission de l’influence spirituelle, à l’état germinal (ou virtuel selon la terminologie de René Guénon) qui est en réalité l’élément vital qui va permettre à l’être de réaliser les potentialités de connaissance qu’il détient éventuellement (s’il est réellement qualifié pour l’initiation), passant ainsi de l’initiation virtuelle à l’initiation effective (cf. Aperçus sur l’Initiation).

Pour être d’ailleurs tout à fait précis sur ce point aussi, on peut remarquer que René Guénon ne présente pas la transmission de la barakah comme celle d’un « germe de connaissance » : est-ce pour insister encore sur le fait que la connaissance, en tant que telle, n’est pas acquise, même virtuellement, par le simple fait de l’initiation mais qu’elle est tout entière "à réaliser" activement à partir du centre de l’être au sein duquel elle a été déposée ? C’est du moins ce que je suis personnellement enclin à penser, car c’est tout à fait cohérent avec le reste de ses positions à ce sujet.

*


Voyons maintenant les questions que vous avez posées plus formellement :

1 - Mais si l’initiation est effectivement un passage, qu’est ce qui sépare l’avant de l’après ?
La réponse me semble avoir été donnée dans mon précédent message : c’est la transmission de la barakah

2 - Quel acte symbolique permet de se qualifier d’initié ?
Idem, avec cette précision qu’il s’agit d’un rite.

3 - S’agit-il de la transmission de l’influence spirituelle d’un représentant d’une chaine initiatique régulière ?
Oui

4 – Doit-elle nécessairement revêtir la forme d’un pacte ?
Non. Elle peut être effectuée valablement par n’importe quel membre de la tarîqah détenteur de l’autorisation correspondante (cf. Question/réponse sur Le Porteur de Savoir et la définition de la bay’ah dans le Petit Lexique ici même)

5 – Engage-t-il alors à d’autres devoirs que ceux prescrits à tout musulman sincère ?
Oui et non.

Non, si l’on considère qu’exotériquement parlant l’initié est redevable des mêmes obligations que n’importe quel autre musulman.

Oui, si l’on considère que l’engagement qu’il a pris dans la Voie le conduit à respecter un certain nombre de contraintes propres à la réalisation de sa quête.

Il me semble important de présenter les choses ainsi, quand on voit trop souvent ces domaines mélangés et ceux qui les mélangent ne pas savoir exactement ce à quoi ils sont tenus.

6 - En concevant l’initiation comme une ouverture à un état de connaissance supérieur, l’initié peut il de nos jours recevoir une instruction ou une guidance personnelle qu’il ne trouverait dans les livres?

Pourriez-vous préciser le sens de votre question s’il vous plaît, sidi ?

7 - En tant que réactualisation de la Présence Seigneuriale, l’initiation peut-elle être effective sans une pratique régulière des rituels collectifs propres aux turuq qui me paraissent bien rares en France?

Certains aspects concernant cette question ont été abordés par Olivier Courmes dans Influence spirituelle du Cheikh fondateur et Travail initiatique collectif.

On prend notamment conscience dans cette étude que les rites collectifs ne sont pas considérés par René Guénon comme des éléments constitutifs des turûq et qu’il semble donc que l’instauration relativement secondaire et répandue qu’ils ont connu soit le fait d’une adaptation des méthodes initiatiques aux conditions cycliques que nous ne connaissons que trop ; et il est loin d'être improbable que l'adaptation en question ait été en rapport avec certaines modalités d'enseignement palliatives à une diminution des modalités habituelles propres à l'existence d'un Cheikh corporellement vivant.

Enfin, je ne comprends pas ce qui vous fait considérer que les rites collectifs sont « bien rares en France » : pour ma part, je ne connais aucune tarîqah sur le sol français qui ne les pratique de manière relativement assidue. Pouvez-vous préciser aussi ce qui vous fait dire cela ?

Bien fraternellement,
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 5

Messagepar Adam » Mar Oct 19, 2010 11:48 pm

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah, Sidi Mohammed Abdessalam

Après la lecture de votre message et des renvois qu’il comporte, il m’apparaît clairement que le terme d’initiation s’applique au chemin de réalisation débutant par la transmission de la barakah.

De même, je vous remercie des précieuses informations relatives aux formes selon lesquelles on peut l’envisager. Elles répondent à des préoccupations quelques peu formalistes visant à me situer quant aux divers degrés de rattachement que comporte l’initiation.

La distinction établie entre bay’ah et tabarrukan semble confirmer le fait que la transmission, n’étant pas strictement limitée à un pacte pris avec un maitre, puisse s’opérer sous d’autre formes ; lors d’une séance rituelle au sein d’une tarîqa ou lors d’un « hommage » témoigné au Sheikh.
Peut-on admettre, selon vous sidi, qu’un acte de dévotion accompli aux Lieux Saints de l’islam (ziara) puisse, selon l’intention, constituer une modalité de rattachement à la lignée initiatique ?

L’article d’ Olivier Courmes traitant de l’Influence spirituelle du Cheikh fondateur et du Travail initiatique collectif est très éclairant en ce qui concerne l’évolution des modalités d’enseignement mais est ce à dire que la fonction d’enseignement perdure au sein de turuq actuelles ? Que faut-il alors entendre par « travail »collectif ?

D’autre part, une question est restée en suspens : l’initiation peut-elle être effective sans une pratique régulière des rituels collectifs propres aux turuq qui me paraissent bien rares en France? La rareté mentionnée est relative aux turuq et non aux rituels. En effet, je n’ai pu trouver à proximité, pour l’instant, une tarîqa propre à réaliser un travail initiatique régulier…
Mais on touche là à un aspect plus personnel qu’il serait peut être préférable d’aborder en privé en temps voulu, Incha’Allah.

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah
Adam
 
Messages: 26
Inscrit le: Lun Sep 27, 2010 8:11 pm

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 6

Messagepar Mohammed Abdessalam » Jeu Oct 21, 2010 9:00 am

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

wa alaykum es-Salâm wa rahmatu-Llah, Sidi Adam

Je suis heureux d'avoir pu vous être quelque peu utile, in châ Allah.
*

Concernant les différentes formes selon lesquelles l'influence spirituelle peut être transmise pour l'initiation, il me semble tout d'abord nécessaire de préciser qu'il s'agit de l'influence particulière qui est transmise au sein des turûq par le vecteur que constitue les chaînes de transmission (silsilâh) ininterrompues depuis le Prophète qu'Allah prie sur lui et le salue et que cette transmission est considérée effective, de l'avis général (c'est-à-dire comme ayant été réellement opérée du transmetteur au récipiendaire) lors du déroulement d'un rite complexe et sous certaines conditions, proche du rite de conclusion du mariage.

En dehors de cela : pas de transmission régulière et, donc, pas d'initiation.

(à suivre, in châ Allah ...)
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 7

Messagepar Mohammed Abdessalam » Jeu Oct 21, 2010 12:15 pm

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

wa 'alaykum as-Salâm wa rahmatu-Llah, Sidi Adam

En attendant d'être en mesure de produire des références plus précises chez René Guénon qui concernent directement ces questions, in châ Allah (surveiller le site du Porteur de Savoir ...) on peut d'ores et déjà dire que la remarque précédente a pour conséquence directe que ni la présence dans les Lieux Saints, pas plus que celle d'une visite ou d'un "hommage" (dont vous pourriez-vous peut-être nous préciser la nature exacte, sidi Adam), ni la participation (même assidue et ancienne) à des rites collectifs* de tarîqah, et d'autres choses de ce genre, ne peuvent être valablement considérés comme des modalités régulières de rattachement ; et certains évènements particuliers qui pourraient avoir eu lieu à ces occasions, pour exceptionnels qu'ils puissent être parfois, ne peuvent infirmer cette règle généralement admise.
    * A ce propos, on peut dire aussi que quelqu'un pourra avoir été parfaitement rattaché à une tarîqah dans une modalité régulière sans avoir jamais participé à aucun rite collectif avant son initiation ni sans y participer après l'avoir reçue

Cela ne veut bien évidemment pas dire qu'il ne puisse pas arriver des évènements extraordinaires dans des circonstances extraordinaires ou exceptionnelles comme la visite à la Mecque, par exemple, chez le Prophète qu'Allah prie sur lui et le salue ou sur le tombe d'un Saint, même fondateur de tarîqah, mais seulement qu'ils ne peuvent être considérés comme constituant la transmission requise de l'influence spirituelle, elle même propre à définir comme telle l'initiation.

(à suivre, in châ Allah ...)


et Allah est plus Savant
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 8

Messagepar Mohammed Abdessalam » Jeu Oct 21, 2010 1:25 pm

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

as-Salâm 'alaykum wa rahmatu-Llah, Sidi Adam

A titre indicatif, voici certaines des conditions qui assurent la transmission effective et régulière de l'influence spirituelle dans le cadre d'une tarîqah :

- présence d'un transmetteur
- transmetteur lui-même défini comme membre de la tarîqah (1/3), ayant lui-même reçu l'initiation (2/3) et étant nominalement autorisé (3/3) à la transmettre
- conscience du transmetteur d'appartenir à la tarîqah dont il transmet la barakah (René Guénon)
- intention de la transmettre en tant que simple dépositaire (René Guénon)
- contact entre le transmetteur et le récipiendaire (René Guénon)
- intention du récipiendaire de recevoir la barakah
- etc ...

En dehors de la dernière (qui est bien compréhensible, même si elle est, comme on le voit, loin d'être suffisante), les diverses occurrences que vous évoquez répondent-elles à ces conditions ?

(à suivre, in châ Allah ...)


et Allah est plus Savant
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 9

Messagepar Mohammed Abdessalam » Ven Oct 22, 2010 11:50 am

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah, Sidi Adam

A la question de savoir si la fonction d'enseignement perdure actuellement dans les turûq, René Guénon répond formellement à plusieurs endroits dans son oeuvre par l'affirmative. Il présente même cela comme une nécessité mais sans donner davantage d'explication (Aperçus sur l'Initiation)

Il traite d'ailleurs ce qui touche à la fonction de transmission sous le double rapport de la transmission de l'influence spirituelle et de la transmission de la doctrine et de son enseignement.

*

Que faut-il alors entendre par « travail »collectif ?

Certainement la même chose que l'on entend dans certaines turûq (notamment au sein de la tarîqah chadhiliyah du Maqâm de Sidi Belahsen de Tunis el-khadrah) quand on désigne les rites collectifs par le terme " 'amal ".
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

Re: L'INITIATION EN ELLE-MÊME

Messagepar Adam » Sam Oct 23, 2010 12:11 am

Bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah, Sidi Mohammed Abdessalam

Ces quelques mises au points formelles sur l’initiation m’amène à revoir mes positions quant à la régularité de mon rattachement aux yeux des autorités traditionnelles et à entrevoir plus clairement les étapes rituelles requises en vue d’une réalisation effective, Incha’Allah.
Comme vous l’indiquez, certaines rencontres peuvent laisser entrevoir des états « exceptionnels » mais aussi, de mon point de vue, créer une forme de filiation plus pérenne, bien qu’elles ne soient inscrites dans aucune forme rituelle spécifique. En effet, les ouvertures reçues chez le Prophète -qu'Allah prie sur lui et le salue – ou sur la tombe d’un Saint ou encore, d’un point de vue plus intellectuel, la science reçue de manière officieuse d’un initié constituent un héritage que l’on pourrait assimiler, à tort apparaît -il, à une influence spirituelle tant leur présence est empreignante.
Je conçois que ce genre d’assertion laisserait la porte ouverte à toutes sortes de fantaisies et que, étant donné que la Voie ne saurait s’affranchir de la Loi, il est préférable de poursuivre ou doit on dire, de débuter le travail initiatique dans le cadre régulier d’une tarîqa.
Seriez-vous, sidi, en mesure d’indiquer quelles sont les conditions requises pour prétendre à une affiliation ?
Je souhaiterais, pour finir, vous témoigner ma gratitude pour le travail présenté sur ce forum qui m’apparaît être une anse solide.

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah
Adam
 
Messages: 26
Inscrit le: Lun Sep 27, 2010 8:11 pm

L'INITIATION EN ELLE-MÊME - 11

Messagepar Mohammed Abdessalam » Sam Oct 23, 2010 10:52 am

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm
wa sall-Allah ala Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam

es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah,
Sidi Adam

Je vous remercie pour votre gentillesse et la bonne opinion que vous avez de notre modeste contribution dont, je le répète et le précise, le bénéfice entier revient à nos Maîtres et à René Guénon Cheikh Abd el-Wahid.

Nous ne faisons ici, en effet, que d'essayer de transmettre au mieux ce qu'ils nous ont enseigné - qu'Allah soit satisfait d'eux tous !
*

Vue l'évolution de nos échanges et de votre pensée, je me permets de déplacer votre dernier message dans "Avant l'initiation" pour la suite du développement laissant la possibilité que d'autres aspects touchant l'initiation en elle-même puissent toujours être envisagés ici, in châ Allah.
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne


Retour vers L'initiation en elle-même

cron