DIVERS - GÉNÉRALITÉS SUR LES SCIENCES ISLAMIQUES

Aperçus sur les constituants essentiels de la profession de foi (credo islamique)

DIVERS - GÉNÉRALITÉS SUR LES SCIENCES ISLAMIQUES

Messagepar maurice_le_baot » Mar Mai 10, 2011 3:59 pm

بـــسْم ﭐلله ﭐلرّحْمٰن ﭐلرّحــيــم
ﭐللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلِّمْ
wa 'alaykum es-Salâm wa rahmatu-Llah wa barakatu-Hu


Ce sujet à pour vocation d'accueillir les participations n'ayant pas trouver de place dans les autres sujet du sous-forum Eléments de 'Aqîdah, en particulier:

- Des généralités sur les sciences islamiques (Tafsîr, Hadith...)

- Définition des Gens de la Maison (ahl el-Bayt)

- Généralités sur le dhikr d'Allah - Glorifié et magnifié soit-il!
وصَلَى ﭐللهُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلَّمْ
والسلام عليكم و رحمة الله و بركاته

مصطفى منصور
maurice_le_baot
 
Messages: 243
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 11:16 pm
Localisation: Région parisienne

Re: DIVERS - GÉNÉRALITÉS SUR LES SCIENCES ISLAMIQUES

Messagepar Yahya » Sam Nov 19, 2011 2:50 pm

بـــسْم ﭐلله ﭐلرّحْمٰن ﭐلرّحــيــم ﭐللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلِّمْ السلام عليكم و رحمة الله و بركاته




Les sens du terme "dhikr"

Source : Les Vertus du Dhikr du Shaykh Abdelqader Aissa

Les versets du Saint Coran et les nobles hadîths confèrent à la notion de dhikr plusieurs significa­tions.
Parfois, il désigne le Coran, comme c’est le cas de ce verset : « En vérité, c’est Nous qui avons fait descendre le dhikr (le Coran), et c’est Nous qui en sommes gardien. » (Coran, 15/9)
Et d’autres fois, le mot dhikr définit la prière du vendredi. Il en est ainsi dans ce verset : « Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la prière du ven­dredi, ac­courez au dhikr d’Allâh (à l’invocation de Dieu). » (Coran, 62/9)
En un autre passage, le terme dhikr fait allusion à la science, comme l’indique ce verset : « Demandez donc aux ahlu dh-dhikr [aux érudits du Livre], si vous ne savez pas. » (Coran, 21/7).

Dans la plupart des textes, le terme "dhikr" dési­gne le tasbîh (Glorification, œuvre d’adoration qui consiste à répéter, entre autres, Subhâna Allâh), le tahlîl(Cela consiste à répéter lâ ilâha illâ llâh : Il n’y a de dieu que Dieu), le takbîr (Allâhu Akbar : Dieu est le plus grand) et la prière sur le Prophète - que Dieu lui accorde la grâce et la paix -.
Il existe aussi d’autres formes de dhikr comme cela est indi­qué dans ces versets :
« Quand vous aurez accompli la prière, invoquez le nom d’Allâh, debout, assis ou couchés sur vos côtés. » (Coran, 4/103)
« Ô vous qui croyez ! Lorsque vous rencontrez une troupe (ennemie), soyez fermes et invoquez Al­lâh afin de réussir. » (Coran, 8/45)
« Rappelle le nom de ton Seigneur et consacre-toi to­talement à Lui. » (Coran, 73/8)

Selon Abu Hurayra, l’Envoyé de Dieu - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - a dit : « Dieu a dit : « Je suis auprès de Mon serviteur quand il Me mentionne et que Mon Nom fait re­muer ses lèvres.[1] »
Et d’après ‘Abd Allâh Ibn Yasir, un homme a dit :
« Ô Envoyé de Dieu ! Les règles (les pratiques) de l’Islam deviennent de plus en plus nombreuses. Informe-moi donc, à laquelle je dois plus m’attacher ? »
Le Prophète - que Dieu lui accorde la grâce et la paix - lui répondit :« Que ta langue soit continuellement imprégnée de la mention de Dieu ! »[2]

On entend dire parfois : « Le dhikr a pour objet la connaissance du licite et de l’illicite. » La réponse est que la notion de « dhikr » s’associe à la science, à la prière, au Coran et au Rappel de Dieu, etc. Ce­pendant, ce qui compte en matière de terme com­mun, c’est la signification la plus répandue par l’usage. Quant aux autres sens que le terme peut porter, ils sont définis selon la connexion et le contexte. Mais l’usage prépondérant du terme porte, en vérité, sur le Rappel (la mention, le souve­nir, l’invocation) de Dieu.

En dehors de cette prépondérance, le sens dési­gnant la science, n’est pas répandu. On le rencontre une fois dans le Coran, déduit d’après le contexte, comme il a été indiqué dans le verset ci-dessus : « Demandez donc aux érudits du Livre (ahlu adh-dhikr). »

Notes:
(1)Cité par Ibn Maja,Ibn Hayyun, l'Imam Ahmed et Al Hakim
(2)Cité par Tirmidhi qui a précisé qu'il est bon(hassan)



Les attestations dans la tradition

Source : Les Vertus du Dhikr du Shaykh Abdelqader Aissa
A. Dans le Coran
1 –« Souvenez-vous de Moi et Je me souvien­drai de vous. » (Coran, 2/152)
2 –« Ceux qui, debout, assis, couchés sur leurs cô­tés, invoquent Allâh. » (Coran, 3/191)
3 – « Ô vous qui croyez ! Evoquez Allâh d’une fa­çon abondante et glorifiez-Le à la pointe et au dé­clin du jour. » (Coran, 33/41 et 42)
4 – « Invocateurs et invocatrices : Allâh a pré­paré pour eux un pardon et une énorme récom­pense. » (Coran, 33/35)
5 – « Invoque beaucoup ton Seigneur, et glori­fie-Le en fin et en début de journée. » (Coran, 3/41)
6 – « Ceux qui ont cru, et dont les cœurs s’apai­sent à l’évocation d’Allâh. N’est-ce pas que par l’évo­cation d’Allâh que s’apaisent les cœurs ? » (Co­ran, 13/28)
7 – « Invoque le Nom de ton Seigneur, matin et après-midi. » (Coran, 76/25)
8 – « Rappelle-toi le Nom de ton Seigneur et consa­cre-toi totalement à Lui. » (Coran, 73/8)
9 – «...Et le Dhikr d’Allâh est certes ce qu’il y a de plus grand. » (Coran, 29/45)
10 – « Quand la prière (du vendredi) est achevée, dispersez-vous sur terre, et recherchez (quelques ef­fets) de la grâce d’Allâh et invoquez beaucoup Allâh afin que vous réussissiez. » (Coran, 62/10)
11-< Quand vous avez accompli la prière,invoquez le nom d'Allah,debout,assis ou couchés sur vos côtés.<(Coran,4/103)
12-<Qui est plus injuste que celui qui empêche que dans les mosquées d'Allah ,on mentionne son nom?<(Coran,2/114)
13-<Dans des maisons (des mosquées) qu'Allah a permis que l'on élève,et ou son Nom est invoqué.<(Coran 24/36)
14-<Des hommes que ni le négoce,ni le troc ne distraient de l'invocation d'Allah.<(Coran 24/37)
15-<O vous qui avez cru! Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel d'Allah.<(Coran 63/9).



Les preuves de l'excellence du Dhikr d'Allah par Ses Noms et Ses qualités.
(source: Traité Sur Les Noms Divins de l'imâm Fakhr ad-Dîn ar-Râzî, de M. Gloton)

De nombreux versets coraniques pourraient être cités à l'appui de ce mérite tel celui-ci:A Allah les Noms parfaits.Invoquez-Le par eux (Coran VII, 180).

Sache qu'Allah a qualifié Ses Noms de parfaits dans quatre versets:
-Le premier que nous venons de citer:A Allah les Noms parfaits.Invoquez-Le par eux.
Eloigne-toi de ceux qui s'écartent en diffamant Ses Noms.Ils seront rétribués pour ce qu'ils ont fait (Coran VII,180)

-Le deuxième se trouve à la fin de la sourate du Voyage nocturne:
Dis!Invoquez Allah ou invoquez le Tout-Miséricordieux.Quoi que vous invoquiez, c'est bien à Lui que sont les Noms parfaits
(Coran XVII, 110)

-Le troisième dans la sourate Tâhâ:Allah;nul dieu adoré sinon Lui.A Lui les Noms parfaits (Coran LIX,24)

Certains versets témoignent de l'excellence du dhikr :
Faites Mon dhikr.Soyez reconnaissants envers Moi et ne soyez pas infidèles (Coran II, 152)
Ce verset pourrait aussi se traduire de la façon suivante:"Souvenez vous de Moi , Je Me souviendrai de vous..."

Par ce verset, Allah nous impose deux injonctions (amrayn) l'invoquation (dhikr) et la reconnaissance (shukr).
Il a mentionné l'invoquation avant la reconnaissance car la première consiste à s'occuper d'Allah et la seconde de Ses bienfaits (ni'ma).
Sache que le dhikr est de trois sortes:le dhikr de la langue (lisân), du coeur (qalb) et des membres (jawârih)).

1.Le dhikr avec la langue comporte des expressions proclamant la louange (tahmîd) et la glorification (tasbîh).

2.Le dhikr du coeur est de trois espèces:

-La première:l'homme médite sur les signes témoignant de l'Essence et des Qualités.

-La deuxième:il médite sur la portée e son assujettissement à l'Ordre (amr) et à la Défense (mahy), à la Promesse (wa'd) et à la menace (wa'îd).Il s'évertue à considérer le Principe (hukm) et les Secrets '(asrâr) qui régissent toutes ces dispositions divines de sorte qu'il lui sera facile de s'appliquer aux oeuvres d'obéissance (tâ'ât) et de renoncer aux choses défendues.

-La troisième:Il médite sur les secrets des réalités qu'Allah a créées de sorte que chaque atome lui apparaît comme le miroir fourbi réfléchissant le Monde du Mystère ('âlam al-ghayb).

Quand le serviteur regarde dans ce miroir avec l'oeil de son intelligence, les rayons de sa vue spirituelle convergent à partir
de lui jusqu'au Monde de la Majesté ('âlam al-jalâl), station sans fin et océan sans rivage!

3.Le dhikr d'Allah par les membres implique leur submersion dans les oeuvres d'obéissance et leur exemption de toutes choses illicites.Ainsi interprété, Allah a appelé la prière-cet acte rituel de grâce d'union - dhikr.N'a-t-Il pas dit:"O vous qui croyez! quand on appelle à la Prière du jour de vendredi, empressez-vous vers le dhikr d'Allah, faites abondamment le dhikr d'Allah!Peut-être serez-vous prospères (Coran LXII,9).
Sache le! Lorsqu'Allah ordonne de pratiquer le dhikr, par ces versets, iIl en explicite les modalités dans d'autres :

"Ceux et celles qui font le dhikr d'Allah abondamment, Allah leur a promis un pardon et une récompense immense (Coran XXXIII, 35).
Les oeuvres de bien sont scellées par le dhikr : O les Fidèles! Faites le dhikr d'Allah d'un dhikr abondant (Coran XXXIII,41)
"Ceux qui font le dhikr d'Allah, dressés, assis ou couchés sur le côté (Coran III, 191), c'est- à- dire :nuit et jour, sur terre et sur mer, en voyage, dans son pays, riche ou pauvre, en bonne santé ou malade, de telle sorte que le fils d'Adam ne dispose pas d'une quatrième condition pour invoquer (Dieu).

Allah a dit:Invoquez Allah comme vous invoquez vos pères ou même d'une invoquation plus intense (Coran II, 200).
Dans d'autres versets, Allah mentionne la Sagesse impliquée dans le dhikr, sagesse en laquelle on peut distinguer deux aspects:

a) le premier aspect se trouve dans ce verset : "N'est-ce pas par le dhikr d'Allah que les coeurs s'apaisent (Coran XIII, 28).

b) Ceux qui se protègent par la crainte pieuse, quand certains démons les touchent, se remémorent Dieu et deviennent alors perspicaces (Coran VII, 201)


Sache le!De même qu'Allah présente les avantages du dhikr, de même expose-t-Il la corruption engendrée par l'opposition au dhikr.On peut distinguer quatre aspects:

1)Le premier aspect est contenu dans ce verset suivant:"Celui qui s'opposera à Mon dhikr aura une vie sans épanouissement
et Nous le rassemblerons, aveugle, au jour de la Résurrection.Il dira alors : "Mon Seigneur, pourquoi m'as-Tu rassemblé aveugle
alors que j'étais voyant auparavant ," . Allah répondra : " De même que Nos signes te sont parvenus et que tu les as oubliés, de même
en ce Jour on t'oubliera " (Coran XX, 124 à 126)

2)A quiconque se détourne du dhikr du Tout-Miséricordieux, Nous destinons par affinité un démon qui lui est conjoint (Coran XLIII,36)
En réalité, la concupiscence (shahwa), l'irrascibilité (ghadab), l'estimation (wahm) et l'imagination (khayâl) incitent toutes l'homme à se préoccuper des réalités corporelles et cette disposition est à l'opposé de celle qui pousse au service d'Allah...

3) Quiconque se détourne du dhikr de son Seigneur sera amené par Lui (ou par le dhikr de Son Seigneur) vers un châtiment ascensionnel (Coran LXXII,17)

4)"O vous qui croyez!que vos biens et vos enfants ne vous distraient pas du dhikr d'Allah.Ceux qui agissent ainsi seront les perdants (Coran LXIII,9).



Commentaire de Ibn Atallah El Iskandari (source Traité sur le Nom Allah):

Les hommes qui les retiennent se répartissent en trois catégories:

1) la première: concerne ceux qui les retiennent en les reconnaissant comme vrais (Tasdiqan) en y adhérant fermement (i'tiqadan) en se conformant à la transmission traditionnelle (riwâyan) et en les énonçant (maqâlan)
2) la deuxième: concerne ceux qui les retiennent en énumérant ('addan) en les comprenant (dirâyatan) en agissant en conformité (avec ce qu'il impliquent) et selon l'orientation convenable (sûluk wa hâlan).
3) la troisiéme: concerne ceux qui les retiennent tout à la fois par l'invocation (dhikran) la mémoire (hifzan) la science ('ilman) la garde attentive (muhafazan) la connaissance ( ma'rifatan) l'appropriation (takhalluqan) le dévoilement (kashfan) la contemplation (shuhudan) la magnification (ta'ziman) et la vénération (Ijlâlan).
A chacune de ces catégorie d'hommes, la Loi divine a promis l'entrée au Paradis.


Ibn Arabî : Le dhikr « Allâh, Allâh » assure la sauvegarde de ce monde.

Le Prophète [salla-Llâh ‘alayhi wa sallam] a dit : « L’Heure ne se lévera pas tant que demeurera sur la surface de la terre quelqu’un pour dire : « Allâh, Allâh ». Il ne s’est pas contenté d’une seule mention de ce nom, mais il l’a répété deux fois pour confirmer que ce dhikr était fait au moyen d’un terme isolé, sans adjonction d’une attribution quelconque, et en maintenant le hâ final non vocalisé. Il s’agit en réalité d’un commentaire de la parole coranique : « Pratiquez le dhikr d’Allâh avec constance », c’est-à-dire en répétant ce nom… et aussi un commentaire de la Parole divine : « Et en vérité le dhikr d’Allâh est plus grand (wa la dhikr Allâh akbar) » (Cor.29.45). Dans ce hadîth, il a mentionné le nom « Allâh » à l’exclusion de tout autre ; et cela parce qu’il avait la charge d’expliquer aux hommes le sens (universel) de la révélation qui lui était faite. Si le fait pour l’homme de dire « Allâh, Allâh » n’avait pas pour effet d’assurer la sauvegarde de ce monde dans lequel ce dhikr est pratiqué, (le Prophète) n’aurait pas lié à la cessation de ce dhikr la fin du monde au sein duquel il est pratiqué, c’est-à-dire ce bas-monde (dunya). Ce dhikr est notre dhikr et celui du maître qui nous a fait entrer dans la Voie. Aucun autre dhikr n’a une utilité comparable. Quand Dieu a dit : « En vérité le dhikr d’Allâh est plus grand », Il n’a pas mentionné la forme d’aucun autre dhikr, en dépit de leur nombre. Les Gens d’Allâh en font leur unique dhikr, ce qui produit dans leur cœur un effet immense (amran ‘azîman), qu’aucun autre dhikr ne produit. Un savant qui s’en tenait à l’extérieur des choses ne voyait pas l’utilité de ce dhikr en arguant du fait qu’il s’agit (grammaticalement) d’un sujet (mubtada’) sans prédicat (khabar), alors que tout sujet en requiert un. Ce qu’on peut lui répondre, c’est que le prédicat ne doit pas nécessairement résider dans la phrase énoncée : en l’occurrence, l’utilité se manifeste plutôt chez celui qui pratique l’invocation, au moment où il la pratique au moyen de cette parole (c’est-à-dire le nom « Allâh ») à l’exclusion de toute autre. Ce dhikr produit à l’intérieur de l’invocateur la lumière d’un dévoilement qu’il est seul à pouvoir produire ; mieux encore : il est suivi d’un « prédicat » extérieur qui ne se manifeste pas dans une parole proférée, comme c’est le cas quand la relation (grammaticale) concerne une réalité transcendante (dont le sens est inexprimable), ou encore lorsqu’une louange est faite au moyen d’un acte (et non d’une parole).

(Cheikh al-Akbar Muhyî-d-Dîn Ibn ‘Arabî, Futûhât, chap. 361, Demeure spirituelle correspondant à la 23e sourate, extrait traduit par Abd ar-Razzâq Yahyâ (Gilis), Tawhîd et Ikhlâs, p.129).
Yahya
 
Messages: 75
Inscrit le: Jeu Juil 21, 2011 9:08 am
Localisation: Belgique


Retour vers Eléments de 'aqîdah

cron