"EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

en rapport avec les fondements de la Voie et l'initiation islamique

"EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Mohammed Abdessalam » Sam Mai 07, 2011 2:56 pm

بـــسْم ﭐلله ﭐلرّحْمٰن ﭐلرّحــيــم
ﭐللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلِّمْ
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته

Ce sujet est ouvert pour faire suite à la proposition de Nora Amal dans "Initiation et mysticisme : quelles différences ?"


Conformément à l'esprit général de ce site et à ce qui est exprimé dans la présentation du sujet intitulé "Thèmes importants de l'oeuvre de René Guénon", il est demandé :
- de choisir de préférence des thèmes en rapport avec les "fondements de la Voie et l'initiation islamique" (cf. la devise du Forum du Porteur de Savoir)
- de donner la préférence aux citations de l'auteur sur d'éventuelles considérations personnelles, celles-ci, dans la mesure où elles présentent un caractère de discussion, étant à faire paraître pour l'instant dans le sujet général :"Thèmes importants de l'oeuvre de René Guénon".


Merci d'avance pour votre compréhension
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Fida » Dim Mai 08, 2011 4:39 pm

As salam alaykoum wa ramatoullah wa barakatou,

Bismillah er-rahman er-rahim


Voici 3 extraits du Sheikh Abdel Wahid Yahia à propos d'exotérisme et d'ésotérisme.
Précision : l'auteur prend en exemple la Grèce antique dans le 1er extrait.


1er extrait :

"L'exotérisme, comprenant ce qui était plus élémentaire, plus facilement compréhensible, et par conséquent plus susceptible d'être mis à la portée de tous, s'exprime seul dans l'enseignement écrit, tel qu'il nous est parvenu plus ou moins complètement ; l'ésotérisme, plus approfondi et d'un ordre plus élevé, et s'adressant comme tel aux seuls disciples de l'école, préparés tout spécialement à le comprendre, n'était l'objet que d'un enseignement purement oral, sur la nature duquel il n'a pas pu évidemment être conservé de données bien précises. "

Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues - Deuxième partie : modes généraux de la pensée orientale - Chapitre IX : Esotérisme et exotérisme – Page 133


2ème extrait :

"[...] ésotérisme et exotérisme sont essentiellement corrélatifs, puisque ces mots sont de forme comparative, de sorte que, là où il n'y a pas d'exotérisme, il n'y a plus du tout lieu de parler non plus d'ésotérisme ;"

Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues - Deuxième partie : modes généraux de la pensée orientale - Chapitre IX : Esotérisme et exotérisme – Page 135


3ème extrait :

"{...]dans l'Islamisme, la tradition est d'essence double, religieuse et métaphysique [...] On peut ici qualifier très exactement d'exotérique le côté religieux de la doctrine, qui est en effet le plus extérieur et celui qui est à la portée de tous, et d'ésotérisme son côté métaphysique, qui en constitue le sens profond, [...]"

Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues - Deuxième partie : modes généraux de la pensée orientale - Chapitre IX : Esotérisme et exotérisme – Page 137
Fida
 
Messages: 62
Inscrit le: Mar Fév 22, 2011 9:37 pm

"EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon - 3

Messagepar Mohammed Abdessalam » Ven Mai 13, 2011 12:57 pm

بـــسْم ﭐلله ﭐلرّحْمٰن ﭐلرّحــيــم
ﭐللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلِّمْ

السلام عليكم و رحمة الله و بركاته


Nora Amal

Voici un extrait de "Guénon par lui-même". Trouvez-vous dans les références déjà données ce que vous cherchez ?

*


EXOTERISME ET ESOTERISME

« De toutes les doctrines traditionnelles, la doctrine islamique est peut-être celle où est marqué le plus nettement la distinction de deux parties complémentaires l’une de l’autre, que l’on peut désigner comme l’exotérisme et l’ésotérisme. Ce sont, suivant la terminologie arabe, es-shariyah, c’est-à-dire littéralement la «grande route», commune à tous, et el-haqîqah, c’est-à-dire la « vérité » intérieure, réservée à l’élite, non en vertu d’une décision plus ou moins arbitraire, mais par la nature même des choses, parce que tous ne possèdent pas les aptitudes ou les « qualifications » requises pour parvenir à sa connaissance. On les compare souvent, pour exprimer leur caractère respectivement «extérieur» et «intérieur», à l’«écorce» et au «noyau» (el-qishr wa el-lobb), ou encore à la circonférence et à son centre. La shariyah comprend tout ce que le langage occidental désignerait comme proprement « religieux », et notamment tout le côté social et législatif qui, dans l’Islam, s’intègrent essentiellement à la religion ; on pourrait dire qu’elle est avant tout règle d’action, tandis que la haqîqah est connaissance pure ; mais il doit être bien entendu que c’est cette connaissance qui donne à la shariyah même son sens supérieur est profond et sa vraie raison d’être, de sorte que, bien que tous ceux qui participent à la tradition n’en sont pas conscients, elle en est véritablement le principe, comme le centre l’est de la circonférence. Mais ce n’est pas tout: on peut dire que l’ésotérisme comprend non seulement la haqîqah mais aussi les moyens destinés à y parvenir ; et l’ensemble de ces moyens est appelé tarîqah, «voie» ou «sentier» conduisant de la shariyah vers la haqîqah. Si nous reprenons l’image symbolique de la circonférence, la tarîqah sera représentée par le rayon allant de celle-ci au centre ; et nous voyons alors ceci : à chaque point de la circonférence correspond un rayon, et tous les rayons, qui sont aussi en multitude indéfinie, aboutissent également au centre. On peut dire que ces rayons sont autant de turuq adaptées aux êtres qui sont «situés» aux différents points de la circonférence, selon la diversité de leur nature individuelle; c’est pourquoi il est dit que «les voies vers Dieu sont aussi nombreuses que les âmes des hommes» (et-turuqu ila’Llâhi ka-nufûsi bani Adam) ; ainsi, les «voies» sont multiples, et d’autant plus différentes entre elles qu’on les envisage plus près de leur point de départ sur la circonférence, mais le but est un, car il n’y a qu’un seul centre et qu’une seule vérité. »

Aperçus sur l’ésotérisme islamique et le Taoïsme, chap. I
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Nora Amal » Jeu Mai 19, 2011 6:30 pm

Mohammed Abdessalam a écrit:Trouvez-vous dans les références déjà données ce que vous cherchez ?


Mohammed Abd es Salam et tous,

Je voudrais savoir si entre exotérisme et ésotérisme il y a une différence de degré ou bien de nature ? D'après ces extraits il semble qu'il s'agisse d'une différence de nature (on a affaire à deux objets distincts) mais d'après ce que j'ai pu constater par moi même c'est plus une différence de degré (on approfondi avec une plus ou moins grande profondeur la même Révélation).

J’espère que ma question vous sera plus clair formulée de la sorte.

Merci ...
Nora Amal
 
Messages: 7
Inscrit le: Ven Avr 29, 2011 12:14 pm

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar maurice_le_baot » Ven Mai 20, 2011 10:32 am

Assalamu 'alaykum,

Lalla Nora Amal,

Voici un petit complément issu du Chapitre déjà cité par Sidi Fida (Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues - Deuxième partie : modes généraux de la pensée orientale - Chapitre IX : Esotérisme et exotérisme ) avec quelques annotations personnelles sommaires entre crochet pour essayer de vous répondre:

"Ésotérisme et exotérisme sont essentiellement corrélatifs, puisque ces mots sont de forme comparative, de sorte que, là où il n’y a pas d’exotérisme [Loi - chari'ah], il n’y a plus du tout lieu de parler non plus d’ésotérisme [ Initiation - Tarîqah] ; cette dernière dénomination ne peut donc, si l’on tient à lui garder son sens propre, servir à désigner indistinctement toute doctrine fermée [taçawwuf-initiation] , à l’usage exclusif d’une élite intellectuelle [Çûfî-s et mutaçawwifin].

[...] Il y a particulièrement dans toute doctrine métaphysique quelque chose qui sera toujours ésotérique, et c’est la part d’inexprimable [Haqîqah] que comporte essentiellement, comme nous l’avons expliqué, toute conception vraiment métaphysique ; c’est là quelque chose que chacun ne peut concevoir que par lui-même, avec l’aide des mots et des symboles [dont on trouve l'origine, dans la tradition islamique, dans le Coran et la Sunna. Ces mêmes mots et symboles sont employés selon une acception extérieure et légale dans la Char'iah et selon une acception intérieure et spirituelle dans l'initiation (Taçawwuf-Tarîqah)] qui servent simplement de point d’appui à sa conception, et sa compréhension de la doctrine sera plus ou moins complète et profonde suivant la mesure où il le concevra effectivement.

[...] Celui qui comprend véritablement [le Connaissant / 'Arîf] est toujours celui qui sait voir plus loin que les mots, et l’on pourrait dire que l’ « esprit » d’une doctrine quelconque est de nature ésotérique, tandis que sa « lettre » est de nature exotérique [Ceci peut être par exemple illustré par la différence entre le commentaire exotérique du Coran (Tafsîr) et ésotérique (ta'wîl); "Le Prophète çall'Allahu 'alayhi wa sallam a dit : " Aucun verset du Coran ne descendit (dans la révélation) sans qu'il comporte un "dos" (zahr) et un "ventre" (batn) ; et toute lettre (d'un verset) a une "limite" (hadd) et toute "limite" a un " mirador" (muttala')" Al-Qachanî, éminent akbarien (continuateur du Cheikh al-Akbar Muhyi-dîn Ibn Arabi) commente ainsi ce hadith: " le " dos " est l'explication exotérique (at-tafsîr) et le "ventre " est l'interprétation ésotérique (at-ta'wîl) la " limite " est ce où cessent les compréhensions du sens verbal, et le "mirador" le point contemplatif où l'on monte pour jouir du spectacle du Roi Très-Savant. ( commentaire ésotérique du Coran (ta'wîl) - Trad. Michel Vâlsan) Comme le note le traducteur le mot Dos (zahr) et de la même racine que celui de Zâhir (Extérieur) et le mot Ventre (batn) de la même racine que celui de Bâtin (Intérieur), qui sont par ailleurs aussi des Noms divins].


*


On pourrait donc peut-être dire qu'il à une différence de degré dans la connaissance de la même réalité (Haqîqah -Allah) d'une part et, d'autre part, que cette différence se traduit par un accès à des "domaines" et des "buts" de natures différentes ( Paradis terrestre et Paradis Céleste / Salut et Délivrance, pour reprendre certains titres d'articles ou de chapitres de Guénon) conditionné par des moyens correspondants. Ces deux "domaines" ou "buts" se superposent ainsi et, sous un certain rapport, se complètent.
وصَلَى ﭐللهُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلَّمْ
والسلام عليكم و رحمة الله و بركاته

مصطفى منصور
maurice_le_baot
 
Messages: 247
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 11:16 pm
Localisation: Région parisienne

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Nora Amal » Ven Mai 20, 2011 11:23 am

Sidi Maurice le Baot,

René Guénon a t-il défini cela specifiquement depuis l'Islam ? Car alors c'est moi qui doit me resituer par rapport à un mode de
pensée qui n'est pas le mien, et non chercher à trouver un accord entre sa pensée et la mienne.

Ce qui est étonnent, c'est qu'il ne me semble pas de la forme de l'esprit humain de se contenter de la lettre, ça me semble même impossible qu'il en reste là puisque toute prise de connaissance met en jeu l'intelligence. L'exotèrisme ne se situe t-il pas alors dans l'odre social et non dans l'ordre individuel ?

Qu'Allah vous protège et vous éclair,

Nora Amal
Nora Amal
 
Messages: 7
Inscrit le: Ven Avr 29, 2011 12:14 pm

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Mohammed Abdessalam » Ven Mai 20, 2011 11:37 am

بـــسْم ﭐلله ﭐلرّحْمٰن ﭐلرّحــيــم
ﭐللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَ عَلَى آلِهِ و صحبه وَ سَلِّمْ
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته

Nora Amal

    "Je voudrais savoir si entre exotérisme et ésotérisme il y a une différence de degré ou bien de nature ? D'après ces extraits il semble qu'il s'agisse d'une différence de nature (on a affaire à deux objets distincts) mais d'après ce que j'ai pu constater par moi même c'est plus une différence de degré (on approfondi avec une plus ou moins grande profondeur la même Révélation)."

En plus des références qui figurent dans les messages précédents, je reprends certains passages de ce que dit René Guénon à propos de la nécessité de l'exotérisme qui me semblent pouvoir répondre en partie à votre interrogation.

Guénon rappelle d'emblée le caractère structurellement nécessaire de l'exotérisme, même et surtout quand on envisage une initiation :
Beaucoup semblent douter de la nécessité, pour qui aspire à l'initiation, de se rattacher tout d'abord à une forme traditionnelle d'ordre exotérique et d'en observer toutes les prescriptions ;

il est admissible qu'un exotériste ignore l'ésotérisme, bien qu'assurément cette ignorance n'en justifie pas la négation ; mais, par contre, il ne nie pas que quiconque a des prétentions à l'ésotérisme veuille ignorer l'exotérisme, ne fût-ce que pratiquement, car le « plus » doit forcément comprendre le « moins ».

Il pose même ce critère comme un critère premier dans l'appréciation de la qualification éventuelle de celui qui envisage un devenir initiatique réel :
cette ignorance pratique elle-même, qui consiste à regarder comme inutile ou superflue la participation à une tradition exotérique, ne serait pas possible sans une méconnaissance même théorique de cet aspect de la tradition, et c'est là ce qui la rend encore plus grave, car on peut se demander si quelqu'un chez qui existe une telle méconnaissance, quelles que soient d'ailleurs ses possibilités, est bien réellement prêt à aborder le domaine ésotérique et initiatique, et s'il ne devrait pas plutôt s'appliquer à mieux comprendre la valeur et la portée de l'exotérisme avant de chercher à aller plus loin.

l’exotérisme et l'ésotérisme sont liés directement dans la constitution d'une forme traditionnelle (.), et qu’il ne saurait-y avoir d'autres voies que celle-là.

Ce caractère structurel, et en quelque sorte "basique" puisqu'il constitue le fondement extérieur sur lequel s'appuie l'ensemble de la religion, est une évidence que ne peuvent ignorer que ceux qui envisagent l'initiation d'une manière irrégulière et,finalement, irréaliste :
Nous dirons d'abord pour exprimer les choses de la façon la plus simple, qu'on ne bâtit pas sur le vide ; or l’existence uniquement profane, dont tout élément traditionnel est exclu, mais bien réellement à cet égard que vide et néant. Si l'on veut construire un édifice, on doit tout d'abord en établir les fondations ; celles-ci sont sur la base indispensable sur laquelle s'appuiera tout l'édifice, y compris ses parties les plus élevées et elles le demeureront toujours, même quand il sera achevé.

La remarque suivante précise encore la notion selon laquelle on peut considérer la participation à l'exotérisme comme une condition première à l'initiation, appréciable par tout un chacun :
De même, l'adhésion à un exotérisme est une condition préalable pour parvenir à l'ésotérisme, et, en outre, il ne faudrait pas croire que cet exotérisme puisse être rejeté dès lors que l'initiation a été obtenue, pas plus que les fondations ne peuvent être supprimées lorsque l'édifice est construit.

C'est sous le rapport suivant que l'on peut considérer les différentes dimensions d'une forme traditionnelle comme autant de degrés d'une réalité unique :
Nous ajouterons que, en réalité, l’exotérisme, bien loin d'être rejeté, doit être « transformé » dans une mesure correspondant au degré atteint par l'initié, puisque celui-ci devient de plus en plus apte à en comprendre les raisons profondes et que, par suite, ses formules doctrinales et ses rites prennent pour lui une signification beaucoup plus réellement importante que celle qu'elle peut avoir pour le simple exotériste, qui en somme est toujours réduit, par définition même, à n'en voir que l'apparence extérieure, c'est-à-dire ce qui compte le moins quant à la « vérité » de la tradition envisagée dans son intégralité.


Sur un plan qui peut apparaître un peu plus technique, Guénon souligne le caractère réciproquement exclusif de ce qui est profane et de ce qui est initiatique et la nécessité qu'il y a, donc, à se prémunir du point de vue profane si l'on a quelque désir de se rattacher à une tarîqah :
Ensuite, et ceci nous ramène à une considération à laquelle nous avons déjà fait allusion plus haut, celui qui ne participe pas aucun exotérisme traditionnel fait par là même, dans son existence, la part la plus large qui se puisse concevoir au point de vue purement profane, auquel il conformera forcément, dans ces conditions, toute son activité extérieure. C'est là, à un autre niveau et avec des conséquences encore plus étendues, la même erreur que celle que commettent la majorité de ceux des Occidentaux actuels qui se croient encore « religieux », et qui font de la religion une chose entièrement à part n'ayant avec tout le reste de leur vie aucun contact réel ; une telle erreur est d'ailleurs encore moins excusable pour qui veut se placer au point de vue initiatique que pour qui s'en tient au point de vue exotérique, et, dans tous les cas, on voit sans peine combien cela est loin de répondre à une conception intégralement traditionnelle.

comme nous l'avons déjà dit souvent, il n'y a pas en réalité de domaine profane auquel certaines choses appartiendraient par leur nature même ; il y a seulement un point de vue profane, qui n'est que le produit d'une dégénérescence spirituelle de l'humanité, et qui, par conséquent, est entièrement illégitime. En principe, on ne devrait donc faire aucune concession à ce point de vue ; en fait, cela est assurément bien difficile dans le milieu occidental actuel, peut-être même impossible dans certains cas et jusqu'à un certain point, car sauf de trop rares exceptions, chacun s’y trouve obligé, par la seule nécessité des relations sociales, de se soumettre plus ou moins, et tout au moins en apparence, aux conditions de la « vie ordinaire » qui précisément n'est rien d'autre que l'application pratique de ce point de vue profane ; mais, même si de telles concessions sont indispensables pour vivre dans ce milieu, encore faudrait-il qu'elles soient réduites au strict minimum par tous ceux pour qui la tradition a encore un sens, tandis qu'elles sont au contraire poussées à l'extrême par ceux qui prétendent se passer de tout exotérisme, même si tel n'est pas leur intention et s'ils le font en cela que subir plus ou moins inconsciemment l'influence du milieu.

De semblables dispositions sont certainement aussi peu favorables que possible à l'initiation, qui révèle d'un domaine où normalement les influences extérieures ne devraient pénétrer en aucune façon ; si cependant, par suite des anomalies inhérentes aux conditions de notre époque, ceux qui ont cette attitude peuvent malgré cela recevoir une initiation virtuelle, nous doutons fort que tant qu'ils y persisteront volontairement, il leur soit possible d'aller plus loin et de passer à l'initiation effective.
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Fida » Mer Oct 05, 2011 10:14 am

As salam alaykoum wa ramatoullah wa barakatou

« […]l’ésotérisme appelle l’exotérisme comme son complément nécessaire. Lorsque cet ésotérisme est méconnu, la civilisation […] ne tarde pas à perdre tout caractère traditionnel, car les éléments de cet ordre qui y subsistent encore, sont comparables à un corps que l’esprit aurait abandonné […] c’est là très exactement ce qui est arrivé au monde occidental moderne."

Les états multiples de l’être, Avant-ProposPage 5
Fida
 
Messages: 62
Inscrit le: Mar Fév 22, 2011 9:37 pm

Re: "EXOTERISME ET ESOTERISME" chez René Guénon

Messagepar Fida » Sam Nov 26, 2011 5:58 pm

As salam alaykoum wa ramatoullah wa barakatou

«Il n’y a nulle opposition entre l’exotérisme et l’ésotérisme ; il y a seulement superposition de celui-ci à celui-là, l’ésotérisme donnant, aux vérités exprimées d’une façon plus ou moins voilée par l’exotérisme, la plénitude de leur sens supérieur profond.»

Etudes sur la Franc-maçonnerie et le compagnonnageUn nouveau live sur l’ordre des Elus Coëns
Fida
 
Messages: 62
Inscrit le: Mar Fév 22, 2011 9:37 pm


Retour vers Thèmes importants de l'oeuvre de René Guénon

cron