ENSEIGNEMENT INITIATIQUE "INDIRECT"

Réflexions ouvertes sur Le Porteur de Savoir depuis sept 2010

ENSEIGNEMENT INITIATIQUE "INDIRECT"

Messagepar Mohammed Abdessalam » Lun Sep 27, 2010 5:30 pm

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm - el-hamdu li-Llah - wa sall-Allah alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam
es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah


Aux côtés du Cheikh ’Abd es-Salâm


Le Cheikh Abû l-Hassan raconta : « J’étais stupéfait (dahch : extrêmement étonné). Je restais avec lui quelques jours jusqu’à ce qu’Allah éveille ma conscience5, et je vis qu’il possédait des pouvoirs surnaturels6. Un jour par exemple, alors que j’étais assis devant lui et qu’un de ses petits-fils jouait avec lui sur ses genoux, il me vint à l’esprit de le questionner à propos du Nom Suprême d’Allah (el-Ismu-Llâh el-A’dham). L’enfant vint à moi, jeta ses bras à mon cou et me secoua, en disant :
- Ô Abû-l-Hassan ! Toi qui voulais questionner le Maître à propos du Nom Suprême d’Allah ! Il ne s’agit pas de poser des questions à propos du Nom Suprême d’Allah. Ce dont il s’agit est que tu sois toi-même le Nom Suprême d’Allah, c’est-à-dire que le secret d’Allah (sirru-Llah) réside dans ton coeur ».
Quand il eût fini de parler, le Cheikh sourit et me dit :
- Untel t’a répondu de ma part (jâwabaka fulân ‘annâ, à ma place).
Il était alors le Qutb du temps7. »

.......................
5 Littéralement : « ouvre ma capacité introspective » (baçîra)
6 Littéralement : « rupture d’habitudes, d’ordre naturel » (kharaqa ‘âdât)
7 Une version moins détaillée de cet événement est relatée dans les Latâ’if el-minan de Ibn ‘Ata Allah ; cf. La
sagesse des Maîtres soufis, traduction de Eric Geoffroy.

(à suivre ...)

*

Dans l'attente de lire vos participations, in châ Allah

Allahumma salli alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallim taslîman
wa-s-salâm alaykum wa rahmatu-Llah
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

ENSEIGNEMENT INITIATIQUE "INDIRECT" - 2

Messagepar Mohammed Abdessalam » Mar Sep 28, 2010 5:57 pm

Mohammed Abdessalam a écrit:
Aux côtés du Cheikh ’Abd es-Salâm


Le Cheikh Abû l-Hassan raconta : « J’étais stupéfait (dahch : extrêmement étonné). Je restais avec lui quelques jours jusqu’à ce qu’Allah éveille ma conscience5, et je vis qu’il possédait des pouvoirs surnaturels6. Un jour par exemple, alors que j’étais assis devant lui et qu’un de ses petits-fils jouait avec lui sur ses genoux, il me vint à l’esprit de le questionner à propos du Nom Suprême d’Allah (el-Ismu-Llâh el-A’dham). L’enfant vint à moi, jeta ses bras à mon cou et me secoua, en disant :
- Ô Abû-l-Hassan ! Toi qui voulais questionner le Maître à propos du Nom Suprême d’Allah ! Il ne s’agit pas de poser des questions à propos du Nom Suprême d’Allah. Ce dont il s’agit est que tu sois toi-même le Nom Suprême d’Allah, c’est-à-dire que le secret d’Allah (sirru-Llah) réside dans ton coeur ».
Quand il eût fini de parler, le Cheikh sourit et me dit :
- Untel t’a répondu de ma part (jâwabaka fulân ‘annâ, à ma place).
Il était alors le Qutb du temps7. »

.......................
5 Littéralement : « ouvre ma capacité introspective » (baçîra)
6 Littéralement : « rupture d’habitudes, d’ordre naturel » (kharaqa ‘âdât)
7 Une version moins détaillée de cet événement est relatée dans les Latâ’if el-minan de Ibn ‘Ata Allah ; cf. La
sagesse des Maîtres soufis, traduction de Eric Geoffroy.
*



bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm - el-hamdu li-Llah - wa sall-Allah alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam
es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah


Après avoir rappelé que ce passage est de la biographie du Cheikh Abu-l-Hassan édités sur Le Porteur de Savoir, je tenais à préciser que cet épisode semble ne pas avoir été souvent commenté, ou du moins, pas sous l'angle qui va l'être, le bénéfice entier de cette manière d'envisager les choses revenant à l'enseignement contenu dans l'oeuvre de René Guénon.

On peut, en effet se tenir au caractère extérieur et phénoménologique de l'événement hagiographique, se contentant de nourrir une vénération pour nos Maîtres dans la Voie, mais sans chercher à voir en quoi ce qui a été vécu pourrait constituer ou pas, et dans quelle mesure, un enseignement en lui-même pour ceux et celles qui suivent la tarîqah qui émane d'eux.

Or, la perspective que nous avons exposée au début de ces études dans la présentation du thème, nous amène à considérer ce qui est arrivé au Cheikh Abu-l-Hassan au début de sa carrière initiatique, non pas seulement comme un fait personnel, mais aussi comme un des éléments qui fondent les grandes caractéristiques de la méthode châdhilie tout entière et qui, à ce titre, peut ainsi être largement digne d'une certaine attention, lorsque la proximité de conditions cycliques ultimes pousse à apprécier avec une acuité nouvelle tout ce qui concerne les fondements de la Voie.

(à suivre ...in châ Allah)

Allahumma salli alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallim taslîman
wa-s-salâm alaykum wa rahmatu-Llah
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne

ENSEIGNEMENT INITIATIQUE "INDIRECT" - 3

Messagepar Mohammed Abdessalam » Mar Nov 02, 2010 5:25 am

bismi-Llah er-Rahmân er-Rahîm - el-hamdu li-Llah - wa sall-Allah alâ Seyydinâ Mohammedin wa alâ Ali-hi wa Sahbi-hi wa sallam
es-Salâm alaykum wa rahmatu-Llah


Il est connu que la modalité habituelle de l'enseignement qui peut avoir lieu entre un Cheikh et son disciple est celle qui, pour le disciple, consiste à poser une question et, pour le Maître, à y répondre. C'est une modalité qui existe bien dans la sunnah prophétique et sur laquelle il n'y a pas lieu de revenir pour établir son fondement évident, si l'on entend que le dialogue dont il est question est verbal et que la réponse vient directement de celui à qui la question a été posée.
Mais on voit qu'ici le processus est différent, et sous bien des rapports, puisque si le Cheikh Abd es-Salâm -radiy-Allah 'anh- confirme ultimement que la réponse obtenue provient bien de lui, c'est parce que les modalités selon lesquelles elle a été produite sont très particulières, suffisamment pour qu'il accompagne lui-même sa confirmation d'un sourire.

La première partie du "dialogue" ou plus précisément de l'échange, qui revient au disciple -qu'Allah soit satisfait de lui-, est complètement silencieuse, puisqu'elle est décrite, par celui même qui l'a nourrie, comme le fruit d'une réflexion tout intérieure.

Or, ce n'est pas la modalité de la question qui présente ici un intérêt, car toute interrogation procède habituellement d'un germe qui est nécessairement silencieux à l'origine, même si cette phase peut-être immédiatement suivie extérieurement de la parole, mais bien celle de la réponse et, donc, celle de l'enseignement. Celle-ci aurait pu être du même ordre, c'est-à-dire silencieuse également, comme on peut en voir des exemples relatés ici ou là dans l'hagiographie, mais ce n'est pas encore là que se trouve la particularité qui fait son intérêt ultime et la signature, si l'on peut dire, si caractéristique de l'évènement qui nous intéresse, car il s'agirait encore là d'une modalité d'un enseignement s'établissant directement entre un disciple et son Maître, c'est-à-dire sans intermédiaire.

Le Cheikh Abd es-Salâm ne répond pas extérieurement à la question qui n'a pas été exprimée (et cet aspect pourrait certainement aussi faire l'objet de quelques réflexions) et c'est une tierce personne, dont le caractère extérieur est accentué par le fait qu'il s'agisse d' "un de ses petits-fils qui jouait sur ses genoux" (d'autres versions ne précisent pas le lien filial) qui exprime la solution au questionnement qui occupait le for intérieur du Cheikh Abu-l-Hassan -qu'Allah soit satisfait de lui.
Rien n'étant habituel dans ce qui se passe alors, on pourrait certainement aussi, comme c'est fait habituellement, s'intéresser à comprendre le contenu de celle-ci, qui présente à l'évidence aussi des caractéristiques que l'on pourrait à juste titre considérer comme étant fondamentales de la Voie future, tant sous le rapport doctrinal que sous le rapport méthodique. C'est pourtant la forme de l'enseignement qui retient notre attention, car il correspond exactement à ce qui a été décrit par Cheikh Abd el-Wahid René Guénon, dans l'enseignement qu'il délivra aux occidentaux de toutes confessions il y a près d'un siècle, comme ce que la tradition hindoue appelle un upaguru.

(à suivre, in châ Allah ...)
"Par le Temps ! * Le genre humain est, certes, en perdition * Sauf ceux qui croient, accomplissent les bonnes œuvres, se recommandent la vérité et se recommandent la patience."
السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
Mohammed Abdessalam
 
Messages: 493
Inscrit le: Mar Sep 21, 2010 10:23 pm
Localisation: Région parisienne


Retour vers Commentaires sur la biographie du Cheikh Abu-l-Hassan Châdhilî