Les deux hommes (B.C.A.H.C)

.

Cet article est issu de notre traduction de Durrat el-asrâr wa tuhfat el-Abrâr (Imâm Ibn çabbâgh) publiée en PDF sous le titre «Biographie du Cheikh Abû-l-Hassan Châdhilî (B.C.A.H.C)» .

.

Le Cheikh Abû ‘Azâ’im Mâdî, son serviteur, nous raconta :

« Un jour, le Cheikh rencontra Ibn el-Barâ. Il le salua mais celui-ci, lui montrant de l’hostilité, ne lui rendit pas la salutation 1. Juste à ce moment, apparut le juriste Abû ‘Abdallah ibn Abû el-Husayn, un chambellan (hâjib) du Sultan, qui descendit de sa mule et se précipita vers le Cheikh dès qu’il le vit. Il lui embrassa les mains, se mit à pleurer et à lui demander de faire des prières pour lui. Une fois fait, le Cheikh le quitta. Quand il rentra dans sa maison, le Cheikh dit : « Je viens juste de recevoir un message concernant ces deux hommes car on m’a dit : « Ô ‘Alî, l’inscription d’une personne malchanceuse (‘abd bi-chaqâwah)  relève de la Science d’Allah le Vrai, et cette personne est aveuglée de sorte qu’il n’y a pas une science dont elle soit réellement savante ; et l’inscription d’une personne heureuse (‘abd bi-sa’âdah) relève de la Science du Vrai, et cela vient à lui de sorte qu’il n’y a pas un acte dont il soit réellement acteur. »

.

*

épisode précédent                                                                        épisode suivant

*

  1. En Islam, répondre à la salutation traditionnelle est une pratique obligatoire (wâjib). []

par le 15 mai 2012, mis à jour le 26 mai 2012