Les Traces (Athâr)

Cet article est extrait d’une étude plus conséquente sur la « Prière de la Lumière Essentielle » (en-nûr edh-dhâtî) du Cheikh Abû el-Hasan el-Châdhilî

Portons maintenant notre attention sur une notion qui ne figure pas dans la version de la prière châdhilîe déjà citée mais dans une variante répertoriée par le Cheikh Nabbahânî 1 :

ﭐللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ ﭐلنُّورِ ﭐلذَّاتِيِّ ٱلسَّارِي فِي جَمِيعِ ٱلآثَارِ وَ ﭐلأَسْمَاءِ وَ ﭐلصِّفَاتِ وَ عَلَى آلِهِ وَ صَحْبِهِ وَ سَلِّمْ

« Allahumma prie sur notre Seigneur Mohammed, la Lumière Essentielle qui circule dans l’ensemble des Traces (Athâr), des Noms et des Attributs, ainsi que sur sa Famille et ses Compagnons, et étends sur lui une salutation » 2 .

Cette version fait mention des athâr, que nous traduisons ici par « traces », et qui sont à la fois les « effets », les « choses », les « êtres », les « empreintes » ou encore les « formes ».

Dans son Kitâb el mawâqif , l’Emir Abd el-Qadir aborde cette notion à partir en commentant le hadîth suivant 3 :

« Méditez sur la création d’Allah mais ne méditez pas sur l’Essence d’Allah» (Tafakkarû fî khalqi-Llahi wa lâ tafakkarû fî Dhâti-Llah).

Selon l’Emir, il convient de ne pas chercher à connaître l’Essence Suprême (Dhât) mais de ne viser à en connaître que la Fonction Divine de la Ulûhiyah, qui contient tous les Attributs divins (çifât), qui produisent à leur tour des « effets » (athâr) 4 . Les « athâr » sont donc « la manifestation, l’effet ou la trace (athar) de l’irradiation des Noms divins dans le monde » 5 .

Ces « effets », en tant qu’ils procèdent directement des Attributs, constituent le support par excellence pour parvenir à la connaissance d’Allah et même, sous ce rapport particulier, le point de départ de tout processus de « retour » vers Lui. Comme le dit métaphoriquement l’Emir :

« C’est la connaissance de l’effet (athar) qui nous fait remonter à la Cause (mu’aththir) car, selon ce qu’affirme le proverbe, « c’est le crottin qui indique le chameau ». (al-ba’ratu tadullu ‘alâ-l-ba’îr )

Article précédent : Les Noms : d’Allah à Seyidinâ Adam
Article suivant : L’extinction dans les Actes, les Noms et l’Essence


  1. Afdhal eç-çalâwat ‘alâ Seyid es-Sâdât. []
  2. Les différentes versions du recueil sont consultables sur le site du Porteur de Savoir à cette adresse. []
  3. Kitâb el mawâqif, 35ème halte ; traduction de A. Penot dans le Livre des Haltes (éd. Dervy). []
  4. Bien que comme le précise Ibn Arabî, « rien n’existe qu’Allah puisque l’effet (athar) est le même que l’Attribut et que l’Attribut lui-même n’est pas différent de l’Objet auquel il appartient (al-mawçûf) (Futûhât, ch. LXXIII, question 118) ; à propos de la notion de athar, on se reportera avec profit au Glossaire du Livre des Haltes, p. 395-96, par A. Penot. []
  5. Glossaire du Livre des Haltes, p. 395-96. []

par le 26 juillet 2011, mis à jour le 18 août 2019